23 juin 2006

Elysa, Elysa, Elysa saute moi au cou, Elysa...

Il m'a assuré qu'il n'avait pas besoin de moi pour cette visite "de routine".

J'étais un peu déçue de ne pas pouvoir l'accompagné, juste pour être prés de lui, juste pour le faire sourire, lui faire passer le temps, lui faire des blagues foireuses et critiquer les secrétaires mal baisées qui ne sourit jamais...car le savoir attendre les résultats sur sa chaise, seul et dans le doute, ça me laissait amer.

J'ai insisté mais il a lui même insisté en me disant un non catégorique et affirmatif.

Nous n'avons pas dormi de la nuit en mettant cela sur le dos de la chaleur. Mon cul oui. Pour ma part, ce n'est et ce n'était pas envisageable qu'il est à nouveau un cancer, d'une part parce que pour moi il est invincible et d'autre part parce que humainement, si quelqu'un mérite de ne pas être malade à nouveau: c'est bien lui. C'est la personne la plus juste que je connaisse. Il est à la fois humble et attentionné. Il apporte le bien autour de lui d'une façon si naturelle que je l'envie même parfois d'être aussi parfaitement gentil. (mais ceçi est une autre histoire...)

Je m'en veux un peu en fait, j'aurais du y aller directement sans lui demander son avis. Merde à la fin. Depuis quand j'ai besoin de son autorisation lorsque je souhaite faire quelque chose. Non mais!

Il m'a appelé à 8h45. Prise de sang faite. Résulats de la radio en poche. Je n'ai pas douté un seul  instant. Je ne repense jamais à sa maladie en fait. Pourtant je l'ai connu malade mais ce n'était qu'un détail, j'en avais rien à foutre, je savais pertinemment qu'il guérirait puisque j'ai su toute suite que je l'aimerais d'une façon démeusurée. Ses cheveux le trahissaient mais peu importe, j'étais fascinée pas sa beauté et sa façon d'être. Et puis il avait un gros avantage de son côté: il ne m'aimait pas, je ne l'intéressait pas mais cela dit pour un plan cul pourquoi pas. Je savais que tout irait bien pour lui. Je savais que nous allions vivre une histoire hors du commun. Je savais qu'il allait me faire souffrir mais que ça en valait la peine. J'ai eu raison: La passion c'est transformé en amour aprés 2 ans de "je t'aime- moi non plus". Je passe les détails, vous n'avez qu'à regarder les feux de l'amour.

Ce matin il était devant mon travail à 9h00. Je l'ai serré fort dans mes bras. Ses larmes m'ont un peu surprise et j'ai compris tout à coup à quel point sa crainte avait du le bouffer de l'intérieur. Cet homme si fort, si beau et si charismatique qui d'un coup craque au moment ou on s'y attends le moins, merde alors, il ne méritait pas cela. Je ne supporte pas de le voir malheureux et je ne supporte pas qu'il pleure.

" si je suis malade à nouveau, je ne reprendrais pas mon traitement"

Il me répéte sans arrêt cette phrase en boucle avant chaque contrôle de "routine". C'est à dire tous les 6 mois.

Je ne peux pas me permettre de lui dire "je comprends", personne ne peut le comprendre car chacun aborde la maladie de façon différente. Il n'avait que 18 ans et je pense que la chimio, les rayons et tous le reste font tout de même intégralement partie de sa vie et l'ont énormément influencé au niveau de sa vision des choses, de son caractére et de ses rapports humains en général. Lui vit et profite en toute simplicité. (avec tout de même une certaine angoisse que tout puisse vite se détérioré sans signe apparent). Je l'aime pour ce qu'il est et également pour ce qu'il a vécu.

Cependant, j'ai rayé toute cette partie de son passé. Je suis là bien entendu s'il désire en parler mais je pense qu'il faut juste en tirer les bonnes conclusions et aller de l'avant. Notre putain de vie est courte alors profitons en! Arrêtons toutes ses choses inutiles et futiles et allons plus vers les autres. Communiquons. Aimons nous. Faisons le bien autour de nous. Et bordel: souriez un peu! souriez autour de vous! Apportez un peu de bonheur à votre façon tous les jours.

Résultats positifs. Larmes de crocodiles séchées. Câlin effectué. Dans 6 mois je serais avec toi. Putain de maladie ne reviendra pas. Amour de nous 2 beaucoup trop fort pour ça.

Posté par _Elysa_ à 11:09 - Commentaires [9] - Permalien [#]


Commentaires sur Elysa, Elysa, Elysa saute moi au cou, Elysa...

    Intermède musical

    Elysa, Elysa, Elysa saute moi au cou, Elysa...

    Posté par Karma, 23 juin 2006 à 11:49 | | Répondre
  • Merde, t'as modifié ton titre après mon comm' toi?
    Ou alors le subconscient m'a fait écrire ça sans voir ton titre! Mais je l'ai en tête depuis ce matin, celle là!

    Posté par Karma, 23 juin 2006 à 12:18 | | Répondre
  • Je vais dire un truc con, mais ta phrase "je savais qu'il guerirait" sera de toute facon toujours vrai. Ne pas guerir est impensable, et meme quand les medecins te disent "c'est termine", cela est toujours aussi impensable... et ca le reste jusqu'a la fin. Mais finalement, c'est peut etre mieux comme cela. Profitez en tout cas bien de vous deux !!!!

    Posté par Pinkophage, 23 juin 2006 à 13:05 | | Répondre
  • Karma> Bien fait Karma, moi en lisant ton post du 21, j'ai chanté toute l'aprés midi "Sweet home Alabama"
    Et pour info...mon pseudo a été choisi en fonction de CETTE chanson. Oui forcément, Gainsbourg meilleure référence que Halliday hein. Ca impose plus le respect que: "Oh Mary si tu savais..."
    quoi que, "petite Marie" n'est pas si mal que ça mais Gainsbourg reste tout de même La Référence. De mon point de vue en tous cas.

    Pink> Totalement d'accord, certainement une manière de me protéger, je n'ai jamais versé une seule larme et je me répétais juste qu'avec le temps tout irait mieux. En même temps ça ne pouvait pas aller plus mal.

    Posté par Elysa, 23 juin 2006 à 14:24 | | Répondre
  • Arf, detrompes toi, ca peut toujours aller plus mal, meme quand on trouve la personne rachitique, sans cheveux, sans force, qu'on se demande comment c'est possible d'etre encore vivant dans cet etat, et bien on se rend compte qu'en fait, elle peut aller encore plus mal. Fin bref, si es passee par chez moi, tu sais de quoi je parle.

    Posté par Pinkophage, 23 juin 2006 à 16:36 | | Répondre
  • Oui totalement, je te lis depuis pas mal de temps et j'ai été émue plus d'une fois à la lecture de tes posts.
    Mais je persistais à me dire, à l'époque en tous cas, que ce n'était "rien" et ma phrase la plus populaire était: "oh tu sais, il y a plus grave"

    Posté par Elysa, 23 juin 2006 à 16:42 | | Répondre
  • ouf!

    En lisant ton post, je voulais arriver à la fin, pour connaître le résultat. En même temps, je ne voulais pas rater un détail. Contente qu'il soit bien. Vous êtes forts.

    Posté par Magie, 23 juin 2006 à 19:08 | | Répondre
  • Portnawak pour ton pseudo

    mail du 20 juin:
    question con: est ce que ce prénom à un rapport avec une chanson ou est ce tout simplement ton second prenom ?

    ta réponse:
    Mon prénom n'a aucun rapport à une chanson, c'est le prénom qu'on choisit mes parents pour moi, voiilà tout.




    ca me laisse... perplexe...

    Posté par Master, 23 juin 2006 à 23:24 | | Répondre
  • Master > relis bien ton e-mail, je signe toujours de mon vrai prénom et je pensais que tu parlais de celui là, voilà tout.
    Bon week-end.

    Posté par Elysa, 24 juin 2006 à 10:34 | | Répondre
Nouveau commentaire